Aller au contenu
Vous êtes ici >> Accueil » Blog » Boisson isotonique, hypertonique et hypotonique 

Boisson isotonique, hypertonique et hypotonique 

    boisson isotonique
    Les boissons isotoniques

    Qu’est-ce qu’une boisson isotonique? 

    Tout d’abord, on nous a appris que tous les liquides contiennent des matières dissoutes. 

    On sait que l’eau minérale contient des sels minéraux… L’eau du robinet contient du chlore… Les jus de fruits contiennent de l’eau, des fruits et souvent du sucre ajouté… Mais ils peuvent être complémentés par des vitamines, des antioxydants, des fructoses et parfois d’autres choses moins intéressantes.

    Temps de lecture estimé : 6 minutes

    On se souvient des petites expériences à l’école !

    Si on ajoute de l’eau avec du sucre, ce dernier fondait… Plus on mettait du sucre, plus l’eau avait un goût sucré !

    Puis, si on doublait la quantité d’eau, moins l’eau était sucrée (par logique deux fois moins sucrée). On découvrait que la concentration de l’eau sucrée avec de l’eau (non sucrée), diminuait la concentration de sucre dans le liquide résultant .

    On concluait que l’eau non sucrée captait le sucre du liquide sucrée et inversement, l’eau sucrée captait l’eau du liquide non sucrée.

    Et si on met une membrane perméable entre les deux liquides?

    Si on place une membrane perméable entre les deux liquides, l’expérience fonctionne également, mais sur une période plus ou moins longue.

    Quand les deux liquides sont homogènes, cela s’appelle l’isotonie!

    La concentration osmotique (ou osmolarité) est la mesure de concentration d’une solution.

    On en déduit ceci :

    L’isotonie

    Dans notre corps, il y a une membrane qui sépare le liquide que nous buvons de celui qui circule dans notre organisme. L’expérience fonctionne de la même manière ! Nous hydratons notre liquide interne quand nous buvons de l’eau.

    1. Lorsque l’on absorbe une boisson dont la concentration en substances dissoutes est plus élevée que celle des liquides de notre milieu interne, l’eau ne migre pas de la boisson vers notre organisme mais d’abord dans le sens inverse. Il se produit d’abord une déshydratation. Cette situation décrit une concentration hypertonique.
    2. Lorsque l’on absorbe une boisson dont la concentration en substances dissoutes est moins élevée que celle de nos liquides internes, l’eau migre d’abord de la boisson vers notre organisme. Il se produit d’abord une réhydratation. Cette situation décrit une concentration hypotonique. L’isotonie décrit l’équilibre parfait entre la concentration de la boisson et notre milieu interne.

    Quelle différence entre une boisson énergétique isotonique, hypertonique et hypotonique ?

    Suite à cette petite expérience que nous venons de décrire, nous comprenons que : 

    1. une boisson hypertonique est une boisson dont la concentration est plus élevée que celle des liquides de notre milieu interne.
    2. une boisson hypotonique est une boisson dont la concentration est moins élevée que celle des liquides de notre milieu interne
    3. une boisson isotonique est une boisson dont la concentration est équivalente à celle des liquides de notre milieu interne.

    Pour un même volume d’eau (exemple la contenance d’un bidon de 800ml) la concentration d’une boisson énergétique réalisée soi-même à partir de poudre énergétique peut donc varier en fonction du nombre de mesurettes que l’on dilue dedans. La boisson obtenue sera alors soit hypertonique, soit hypotonique, soit isotonique.

    Les recommandations des fabricants sont établies de manière à obtenir par défaut une boisson isotonique

    hugo seller
    Hugo Zeller

    Quel est l’intérêt des boissons isotoniques, hypertoniques et hypotoniques ?

    Une boisson est dite isotonique quand sa concentration (on parle d’osmolarité) est identique à celle du milieu interne (plasma sanguin, c’est dans lui que « baignent » les substances dissoutes du sang). Nous vous proposons la recette de Mathieu qu’il a utilisée et qu’utilisent de nombreux athlètes.

    Toutes les préparations du commerce (poudres énergétiques) sont conçues pour produire des boissons isotoniques. Les différences d’ingrédients utilisés (glucose, fructose, sodium, potassium, magnésium, antioxydants, vitamine B1, B6…) permettent de les distinguer. On l’a vu précédemment, en ajustant simplement la dilution recommandée, une même préparation énergétique peut tout aussi bien produire une boisson isotonique, hypotonique ou hypertonique.

    L’effort physique prolongé requière à la fois de l’eau, des sucres, des sels minéraux et des vitamines du groupe B, notamment pour compenser les pertes de l’organisme. On sait qu’une baisse de l’un ou l’autre de ces éléments, notamment eau ou sucres, réduit le niveau de performance sur la durée de l’effort.

    Ce qu’il faut retenir

    1. une boisson de l’effort hypertonique compense davantage les pertes en sucres et moins les pertes en eau. Il peut s’en suivre une baisse de performance résultant d’une diminution des réserves en eau de l’organisme (déshydratation). Néanmoins, une boisson hypertonique s’adapte à certaines situations spécifiques: Par exemple, les environnements climatiques extrêmes (grand froid).
    2. une boisson de l’effort hypotonique compense davantage les pertes en eau et moins les pertes en sucres. Ce type de boisson est adapté pour des efforts d’endurance prolongée, en environnement chaud. Par exemple, lorsque la priorité est de compenser les pertes hydriques par la boisson. Une boisson hypotonique renforcée en sels minéraux contribue de surcroît à compenser les pertes de sodium et ainsi éviter la chute de la concentration plasmatique en sodium, dont les conséquences peuvent être parfois sévères (hyponatrémie). Les risques de troubles digestifs avec ce type de boisson sont également les plus bas.
    3. une boisson isotonique de l’effort compense de façon équilibrée les pertes en eau et les pertes en sucre. Par exemple, dans une situation d’effort, elle est adaptée pour une grande performance. En effet, elle contribue mieux à préserver à la fois les réserves en eau et les réserves en sucre de l’organisme. Par ailleurs la présence de l’ensemble de ces constituants en proportion spécifique contribue à une meilleure assimilation de chacun d’entre eux et à une réduction des risques de troubles digestifs.

    Quelques exemples de boissons courantes hypotoniques, hypertoniques, isotoniques

    • boissons courantes hypotoniques : l’eau plate, le thé non sucré.
    • boissons courantes hypertoniques : le jus de raisin, les jus d’orange et les jus de fruits en général puis surtout le Red Bull.
    • boissons courantes isotoniques : toutes les boissons dites « de l’effort d’apport glucidique » portant cette mention.

    Sources: L’expert vélo

    Articles similaires

    Derniers articles du blog